Volta
> L’artiste :

« j’ai toujours eu envie d’écrire, de faire des images, ce que j’ai fait, depuis que mes mains et mon esprit me le permettent, sans trop y penser. j’ai pris conscience il y a seulement quelques temps de la puissance de ce que c’est que l’acte de créer, de ce que ça génère en moi, du fait que pour moi ça relève d’un besoin vital, mais aussi de la dextérité que la création demande dans une connaissance toujours à chercher de soi-même.
ce qui m’a mené à la création, c’est la nécessité de créer que je ressens, de plus en plus fort, à mesure que je prends possession de ma conscience créatrice. c’est la pierre que je roule. »

> L’oeuvre // une série de collages :

ils sont tous pour moi des tentatives de me saisir lorsque je m’échappe à moi-même, une opération très intime qui sert d’exutoire à la bile noire, pour lui donner forme à peu près palpable, dans laquelle je pourrai peut-être y voir plus clair.
me traversent des manifestations plus ou moins diffuses et incisives de ce qu’on nomme de manière usuelle dans notre monde des troubles psy. ne sont autres que des épines bien logées qui empoisonnent l’être. ces bouleversements que rencontrent mon corps et mon esprits posent inévitablement la question de l’identité, de ce que c’est que d’être
moi : quand et au regard de quoi et de qui, le suis-je?
mais surtout, comment, être, sans épine qui ne se retire, bien que le sol que nous foulons en soit jonché de toutes parts.
l’atelier remplacera les médicaments. et sert d’huile à extraction.

site internet : https://volta.noblogs.org/