jennysavillehyphen
Hyphen, Jenny Saville, 1999

Jenny Saville est une peintre figurative anglaise. Née en 1970, elle a été diplômée de l’Ecole d’Art de Glasgow en 1992. Son travail représente surtout des femmes grosses, ce qui a été partiellement inspiré par son voyage aux aux Etats-Unis (suite à l’obtention d’une bourse d’étude), où elle voit beaucoup de personnes obèses et est inspirée par leurs corps. Elle se peint également beaucoup. En 1993, elle est repérée par le collectionneur Charles Saatchi, qui la fait rentrer dans sa galerie.
En 1994, elle déménage à New York et passe de nombreuses heures aux côtés d’un chirurgien plastique pour observer les opérations. Elle représente cela de manière crue. Ses tableaux sont de très grand formats, et elle continue dans les années 90 et 2000 à explorer la représentations des corps, se penchant sur la mort, les blessures, les torturé-es, les rejeté-es. « Je peins la chair parce que je suis un être humain. Si vous travaillez à l’huile, comme je le fais, ça vient naturellement. La chair est la chose la plus jolie à peindre. »
Ces dernières années, elle se consacre davantage au dessin. Elle vit entre Londres et Palerme.

Pour l’oeuvre de la semaine, nous ne préférons pas prendre le risque de poster une oeuvre représentant de la nudité en raison des règles de facebook et instagram. Nous avons donc choisi « Hyphen », un autoportrait de Jenny Saville qu’on voit ici avec sa soeur, Boo. « Hyphen » signifie « trait d’union ». Avec leurs deux visages côte à côte en gros plan, elles semblent être des soeurs siamoises. On ressent un sentiment d’inconfort, avec l’une des soeurs qui regarde droit vers l’avant, et l’autre qui semble être retenue en arrière, avec ses yeux qui se fixent vers nous.